Historiquement, les failles des politiques de santé mentale en milieu de travail ont été en grande partie ressenties par les employeurs canadiens sous forme de poursuites pour licenciements injustifiés, d’escalade des coûts d’assurance invalidité et de piètres résultats financiers. Malgré les difficultés auxquelles font face les employés, leurs supérieurs hiérarchiques et les services des ressources humaines, le sujet de la santé mentale en milieu de travail a rarement retenu l’attention de la haute direction des organisations. Aujourd’hui, cette situation évolue rapidement. Des litiges très médiatisés et les initiatives prises par des organisations renforcent la sensibilisation aux droits des personnes ayant une incapacité mentale. Les gouvernements prennent des mesures pour réglementer davantage les conditions de travail qui, au quotidien, ont une incidence sur la santé mentale. La mise en évidence de pratiques d’emploi potentiellement « dangereuses » devrait amener les employeurs à examiner de plus près leur obligation légale d’accommodement en matière de maladie mentale ainsi que leur rôle dans la protection de la santé mentale et du bien-être des employés.

Dans le présent bulletin, nous verrons l’évolution de la réglementation sur la santé et la sécurité psychologiques en milieu de travail et nous étudierons l’incidence de la Norme nationale du Canada sur la santé et la sécurité psychologique en milieu de travail, publiée récemment par l’Association canadienne de normalisation (le groupe CSA). Dans cette optique, nous examinerons comment les employeurs peuvent établir une approche organisationnelle de la santé et de la sécurité psychologiques. Enfin, nous traiterons des enjeux prioritaires qui devraient dès maintenant retenir l’attention des employeurs.